Les chèques sans provision

Faites un chèque sans provision, et vous verrez que votre banque peut devenir votre pire cauchemar bien rapidement en se transformant en justicier redresseur de torts, le tout à vos frais, et pas des moindres.

La France est l’un des pays où la législation est à ce niveau la plus sévère, et il vaut mieux connaître les méthodes de régularisation mises à votre service pour éviter l’interdiction bancaire et vous sortir de cette ornière.

Le chèque n’est pas un instrument de crédit

La chose la plus importante à ne perdre de vue c’est que le chèque n’est en aucun cas un instrument de crédit. Vous devez disposer de la provision nécessaire au moment même ou vous émettez le chèque. A défaut de provision réelle vous pouvez également être bénéficiaire d’une facilité de crédit mise en place par votre banquier, mais là, soyez préalablement certain de votre fait ! Une facilité concédée verbalement, un employé « sympa » habituel qui part en congés, un remplaçant un peu strict, et c’est la tuile, et notamment le chèque sans provision !

La seconde chose à bien prendre en compte, c’est qu’émettre des chèques sans provision est quelque chose de ruineux, notamment en matière de frais bancaires ! En général si vous vous laissez piéger et que vous établissez un chèque non provisionné, c’est généralement que vos finances ne sont pas au haut de leur forme, et bien ne croyez pas que votre banquier jouera les mécènes, il va au contraire, sous prétexte de sanctions bien méritées, vous mettre KO pour de bon si vous ne l’étiez pas déjà !

Les étapes essentielles

Comme vous allez le découvrir, tout cela se transforme très vite en un véritable marathon dont vous êtes le héros. Les sanctions, toutes plus lourdes les unes que les autres vont se succéder, le plus légalement du monde, et même si la loi tente de vous protéger, financièrement le coup sera forcément assez douloureux.



Les commentaires sont fermés