Impôts : les familles monoparentales sont les plus lésées

Les familles monoparentales sont décidément les plus lésées en ce qui concerne les impôts. En quel sens ?

Tout simplement parce que les familles monoparentales notamment dont le chef de famille est la mère parce qu’elle est veuve ou divorcée sont en général un peu plus démunies que les familles normales. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a qu’un seul revenu qui entre chaque mois et qui doit assurer de nombreuses charges. Nous parlons ici des familles monoparentales dans le cas où la mère ne travaille pas. Alors, les impôts sont bien plus diminués pour ces familles, car elles sont déjà dans le besoin.

Les impôts sont moindres pour les familles monoparentales

Que ce soit pour les familles monoparentales où il ne reste plus que le père ou la mère, les impôts sont bien souvent amoindris. l’État fait en sorte de bien étudier leurs dossiers et leurs situation en particulier, et essaient d’alléger leurs charges notamment en ce qui concerne les impôts. Bien souvent en effet pour les contribuables, le plus dur à payer c’est les impôts. Donc, les Finances publiques allègent au maximum les familles monoparentales dans ce domaine. Mais en plus de cela, ces familles bénéficient d’une aide sociale. Voyons laquelle.

Les aides sociales pour les familles monoparentales

À part le fait que les impôts soient amoindris pour les familles monoparentales, l’État leur fournit également une aide pratique et concrète. En effet, elles bénéficient d’une aide comme une allocation de rentrée scolaire ou encore un complément familial. Il y a aussi RSA pour les familles vraiment dans le besoin. L’impôt sur le revenu est en effet très soucieux en ce qui concerne le quotient familial. Ce qui fait donc que les familles monoparentales n’ont qu’une demi-part fiscale à verser tandis que les couples et les autres familles paient plus.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés