L’impôt à coût unique : qui en bénéficie le plus ?

L’idée de l’impôt à coût unique vient du spécialiste de l’économie Marcos Cintra qui est le vice-président de la fondation Getulio Vargas implantée au Brésil. L’idée est séduisante et ne peut que marcher, selon cet économiste de renommée mondiale. La question est de savoir si, en réalité, elle est applicable dans toutes les sociétés dans toutes les villes du monde ou bien uniquement dans certains milieux  favorables au concept d’un impôt à coût unique. L’originalité et la simplicité de cette nouvelle forme d’imposition fait que toutes les personnes concernées en sortiraient bénéficiaires.

L’impôt à coût unique : qu’est-ce que c’est ?

Par impôt à coût unique, il faut comprendre un seul et unique impôt sur chacune des transactions bancaires que l’on effectuerait et qui remplacerait tous les autres impôts. Il ne serait plus question d’impôt sur le revenu ni de frais de mutation, encore moins d’impôt foncier ni de TVA, d’ISF etc. Et toute cela, pas seulement pendant une période donnée mais année après année. En tout et pour tout, on aurait à s’acquitter d’un impôt à hauteur de 5% avec l’impôt à coût unique.

Les bénéfices de l’impôt à coût unique

Etant donné l’ampleur des fraudes fiscales au niveau national et international, on peut conclure sans la moindre hésitation que l’impôt à coût unique en est la solution la plus radicale et la plus simple. En effet, car avec ce système, aucun trucage n’est possible.

L’impôt serait tellement bas que frauder ne présente aucun intérêt, aucun gain et aucun bénéfice financier. Grâce à l’impôt à coût unique, les produits coûteraient moins chers, les salaires et le pouvoir d’achat augmenteraient puisqu’il y aurait moins d’imposition et moins de taxes à payer, l’inflation baisserait, la corruption aussi, les entreprises vendraient davantage et pourraient recruter plus.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.