Pas de modification prévue pour la fiscalité de l’épargne salariale

D’après le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, la fiscalité de l’épargne n’aura aucune modification

La fiscalité du livret A ne sera pas modifié selon Le Maire

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire a annoncé lundi matin que le gouvernement ne pense pas modifier la fiscalité de l’épargne salariale. Sur RTL, il a déclaré « Nous ne toucherons pas à la fiscalité de l’épargne salariale…..Cette épargne salariale, aujourd’hui, elle n’est pas fiscalisée à l’impôt sur le revenu, nous ne toucherons pas à cela ». A commencer par la fiscalité du livret A, la mi-juillet, le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé qu’en 2018, l’instauration d’un prélèvement forfaitaire unique (PFU) d’environ 30% sur les le revenus de l’épargne serait exécuté, c’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, par contre Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le ministre de l’action et des Comptes Publics ont souligné en début du mois de juillet que la Fiscalité du Livret A ne serait pas modifiée.

Le CICE en allègement de charges

Toujours selon le ministre de l’Économie, grâce à la transformation du Crédit d’impôt compétitivité emploi ou CICE en allègements de charges pour les entreprises, applicable en 2019, on pourra gagner une augmentation d’un milliard d’euros  pour la réserve de participation pour les salariés, ainsi que d’une amélioration de leur rémunération.

Ainsi, le gouvernement envisage  la suppression des cotisations sociales sur le chômage et la maladie sur leur paie, a-t-il continué. Ensuite le ministre a annoncé : « nous aurons une bascule du CICE en allègement de charges », à partir de l’année 2019.

Bruno Le Maire enchaine avec : « Ça va produire une plus grande profitabilité pour les entreprises et ça va augmenter la réserve de participation pour les salariés, c’est-à-dire la part du bénéfice qui va aux salariés parce qu’ils ont bien travaillé, parce qu’ils se sont engagés pour l’entreprise », puis il  a ajouté : « Nous estimons que ça représente environ un milliard d’euros qui seront redistribués directement aux salariés ». Et pour répondre à la question sur la possibilité des choix des entreprises d’utiliser cette réserve au lieu de l’investir, le ministre explique qu’il existerait « d’autres moyens d’augmenter leur investissement », puis il continue que le gouvernement projette déjà à baisser les impôts à partir de l’année 2018. « Ça revient aux salariés, ça restera aux salariés », a-t-il conclu.