Après le PEL et l’assurance vie, le Livret A est dans le collimateur du Gouvernement

D’après la déclaration du Gouvernement, le taux actuel du Livret A sera gelé à 0,75% pour une durée de un an au minimum. Les épargnants ne seront pas contents du tout surtout, la fiscalité sur l’assurance-vie et le PEL va augmenter.

Un signal punitif

François Carlier, le délégué général de l’association de consommateurs CLCV signale que « L’épargne réglementée et sans risque est la mal-aimée du gouvernement, car ça coûte un peu d’argent à l’État et parce qu’il estime que les bons pères de famille doivent placer leur argent auprès des entreprises », Il déplore aussi que c’est un « signal punitif ».

Puis il continue que « C’est une logique que nous ne partageons pas car ce placement très répandu parmi les Français, un peu sécurisé et qui apporte un financement stable aux logements sociaux, est quelque chose qui a fait ses preuves ».

PEL sera soumis à un impôt forfaitaire de 30% ; le taux à 0,75% pour le Livret A restera

Seulement deux jours suivant l’annonce du gouvernement de l’application d’un impôt forfaitaire de 30% à partir même de la première année sur les plans épargne logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2018 et sur les encours d’assurance-vie plus de 150 000 euros, vient ensuite une nouvelle déclaration sur le projet de gel du taux du livret A à 0,75% pendant un ou deux ans, alors que si on suit la logique « il devrait être plus bas » d’après la déclaration du porte parole du gouvernement Christophe Castaner mardi soir. Les épargnants français considèrent cette nouvelle mesure comme une attaque contre l’épargne des français.

Le mot qu’emploie le premier ministre Français Edouard Philippe est de « stabiliser » le taux du Livret A pour « mobiliser des financements » pour les organismes de logement social « et donc de baisser les loyers » pour ce type de logements.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.