Impôts : Quels sont les changements en 2018 ?

Les changements relatifs aux impôts 2018 sont véhiculés dans la loi des finances 2018 à la suite du vote parlementaire.  En effet, les réformes fiscales menées par le nouveau régime du président en exercice entre en vigueur dès le premier janvier 2018.

Les objectifs de la réforme  d’impôts 2018

Aux termes de son premier mandat, le président en exercice se fixe une économie budgétaire de l’ordre de 60 milliards d’euros. Cependant,  il se propose d’économiser 10 milliards d’euros  pour soutenir l’assurance chômage et 15 milliards d’euros pour l’assurance -maladie, sans oublier les dépenses des  collectivités locales de l’ordre de 10 milliards également. En se basant sur les impôts 2018 et subséquents,  le président s’est fixé un objectif d’améliorer le pouvoir d’achat  des français en imposant par ailleurs  aux chômeurs de déployer des efforts pour trouver un emploi sinon les allocations de chômage vont être suspendues.

Un allègement des cotisations sociales de l’ordre  3,15 points va être appliqué à l’endroit des salariés en deux reprises durant l’année 2018 où les ménages vont gagner environ 15 milliards au total. La liste des promesses n’est pas close.

Les changements effectifs d’impôts 2018

L’élément commun à tous les contribuables français est la hausse de la contribution sociale généralisée ou CSG. Environ la caisse de l’État enregistre un gain de 500 € par an par salarié qui touche 2 200 € par mois, et un gain de 100 € pour ceux se trouvent dans le Smic et qui bénéficient de prime d’activités. L’augmentation de 1,7 point programmée  provoquera un prélèvement de 20 milliards sur les ménages.  En résumé, à partir du 1er janvier 2018, le barème de l’impôt 2018 sera revalorisé de 1%,  les revenus d’épargne sont soumis aux PFU ou prélèvement forfaitaire unique de 30% appelé Flat-tax sous réserve de renoncement de certains contribuables. Les plus-values mobilières sont également touchées par ce Flat-Tax. Par contre la taxe d’habitation est supprimée, mais d’une manière progressive et les retraités antérieurement lésés vont profiter de l’avantage fiscal, tandis que un crédit d’impôt 2018 sera accordé aux salariés à domicile.