Faut-il alimenter votre Perco tant que votre employeur vous en propose un ?

Tout salarié a besoin d’une épargne pour la retraite. Plusieurs sont  les systèmes qui permettent aux salariés  de se constituer cette épargne à la retraite, y compris le Perco, c’est-à-dire le plan épargne pour la retraite collective.

Le fonctionnement du Perco

Par accord collectif ou par une simple décision de l’employeur, le Perco peut être mis en place au sein de toute entreprise qui emploie un jusqu’à 250 salariés. Ainsi, des avantages fiscaux et sociaux sont proposés à l’entreprise et à ses salariés qui effectuent des versements sur le Perco. En 2015,  l’on a enregistré plus de 2 millions de salariés  pourvus de Perco au sein d’au moins 135.000 entreprises.  A noter que le salarié n’est pas contraint, en aucune façon, d’adhérer au Perco qui se fait généralement sur demande, sauf exception où le Perco se fait par défaut. En tout cas, pour pouvoir bien préparer sa retraite, tout salarié a intérêt à s’inscrire au plan épargne pour la retraite collective.

Quels avantages le salarié peut s’attendre du Perco ?

Le salarié peut s’attendre directement à une aide de l’employeur, selon le cas et le type de relation qui existe entre les deux entités.

En tout cas, le Perco permet au salarié de se constituer un supplément de retraite, ou s’il veut, un capital soutenu par des avantages fiscaux. Quoi qu’il en soit, le Perco est une décision collective, et il n’y a rien de personnel.  Le Perco peut être alimenté par différentes façons qui ne vont pas déplaire  le salarié, par exemple il est possible de verser une certaine somme via le plan de participation, du plan d’intéressement ou du PEE ou plan d’épargne entreprise, du compte épargne des jours de congé non pris, etc. ou tout simplement le salarié fait un versement volontairement à partir de son salaire. En effet, tant que l’employeur propose au salarié le Perco, il a intérêt à s’adhérer, sachant que l’employeur peut verser un complément dont le montant peut aller jusqu’à 3 fois son versement et de 16% du plafond de la sécurité sociale. Les sommes versées sur Perco demeurent un droit acquis pour le salarié même s’il quitte l’entreprise et changer d’emploi.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés