Baisse d’impôts avant 2017 : une démagogie de plus de François Hollande ?

Pour se racheter auprès de son électorat, d’après les responsables de l’opposition, le président de la République, François Hollande prétend une « redistribution » pour les modestes, pourtant il manque de moyens.

François Hollande suggère une baisse impôts en 2017

Ce mardi 3  mai, François Hollande a promis une baisse d’impôt pour l’année 2017. Bruno Le Maire, l’invité du France Info,  d’un ton moqueur fait remarquer, «François Hollande pense que l’on peut acheter les Français, avec un argent qu’il n’a pas». En effet, d’après l’annonce du président la baisse ne sera possible qu’ »En fonction des marges, et seulement en fonction des marges dont nous pourrons disposer, il conviendra de poursuivre cette politique de réformes et de justice, et de baisse des prélèvements pour les Français les plus modestes ».

Baisse d'impôts avant 2017A une année de l’élection présidentielle, cette déclaration n’est pas un hasard pour les opposants mais a une allure d’entrée en campagne.  Bruno Le Maire considère qu’en faisant une telle déclaration, le président a abandonné sa place de président pour se glisser dans celle du candidat, « candidat des petits intérêts », « candidat des petits calculs ».

Les critiques et ironies s’enchainent

Bruno Le Maire continue à critiquer sans ménagement le président de la République en indiquant que s’il veut vraiment rendre services aux modestes il pourrait augmenter les petites retraites, les très faibles retraites agricoles, ou réduire les cotisations des commerçants au RSI.

Baisse d'impôts avant 2017Le sénateur LR Roger aussi n’a pas mâché ses mots envers François Hollande, il a posté sur Twitter : «Cinq ans de Hollande, quatre ans de mauvaise gestion idéologique et archaïque, un an de dilapidation par des promesses démagogiques non financées», sans oublier l’ironie de Nicolas Sarcozy sur les promesses de baisse d’impôts.

Le trésorier de la Rue de Vaugirard, Daniel Fasquelle considère cette promesse comme un chèque sans provision, en plus des quatre ans de matraquage et un an de cadeau.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.