L’Assemblée nationale a voté la hausse du gazole voulue par le gouvernement pour l’aligner sur celle de l’essence d’ici 2021

Samedi le 21 octobre 2017, les députés ont voté, au grand dam de la droite, la hausse de la fiscalité sur le gazole de l’article du projet de budget pour 2018, reflétant le désir du Gouvernement de l’aligner sur celle de l’essence d’ici 2021.

Le projet de hausse de la fiscalité sur le gazole au grand dam de la droite

Samedi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’article du projet du budget pour 2018, visant à augmenter la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) de 2,6 centimes par litre de gazole par an et pendant quatre ans. Le chef de file des députés droite LR Christian Jacob proteste : « C’est une pénalisation supplémentaire pour les territoires ruraux ». Les élus de ce groupe avaient donc déposé des dizaines d’amendements dont la requête est de supprimer la hausse ou ils vont même jusqu’à demander la réduction.

L’alignement de la taxe du Gazole sur celle de l’essence est une promesse de campagne de Macron

Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics  a souligné que « le diesel, c’est 45 000 morts par an » sans oublier de préciser que tous les candidats à l’élection présidentielle’ avaient ce projet de hausse. Il ajoute qu’une mesure d’accompagnement est prévue avec ce projet de hausse ; « le fameux en même temps est dans ce budget » souligne-t-il. Il s’agit des aides en contrepartie, le doublement de la prime de conversion automobile.

Olivier Faure, le président du groupe Nouvelle Gauche a répondu à une député LREM, favorable à la hausse qu’il a regretté une forme d’ »écologie punitive » alors qu’ »il n’y a pas que des gens qui ont de la chance de vivre dans les grandes métropoles »

En fait, l’alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence pendant le quinquennat est une promesse qu’a faite le candidat Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.