Retraite : les cheminots sont inquiets

Le président français Emmanuel Macron pensait bien faire concernant la réforme sur la retraite des cheminots. Mais ceux de la profession sont quasi unanimes sur le fait que ladite réforme ne leur convient nullement alors que le président entend la mettre en œuvre dès l’année prochaine.

C’est cela qui explique la grogne des cheminots qui soutiennent qu’ils ne peuvent tout simplement pas s’en sortir avec cette réforme de leurs régimes spéciaux. C’est donc un véritable bras-de-fer qui est déclenché entre le président et les cheminots, duel dont l’issue est incertaine. Ce sujet sur la retraite est donc au cœur d’une polémique de taille en France aujourd’hui.

La retraite des cheminots selon le président français

Le président Macron entend éliminer les régimes spéciaux de retraite à partir de l’année 2018. Les statuts des cheminots en seront par conséquent bouleversés, ce qui entraîne un vif mécontentement auprès de ceux-ci. Selon le projet du président, la retraite à 57 ans pour le personnel sédentaire contre 52 ans pour les agents de conduite ne sera plus de mise. Alors que les cheminots eux-mêmes trouvent que ce régime particulier était plutôt le plus adapté à leur profession.

Pourquoi une réforme de la retraite?

Si le président a lancé ce projet sur la retraite, il le trouvait tout à fait raisonnable par rapport à ce qu’il propose par ailleurs. En effet, en contrepartie de ces réformes, Emmanuel Macron a présenté la proposition suivante : l’État va reprendre une grosse part de la dette monumentale contractée par la SNCF, qui s’élève aujourd’hui à 44 milliards d’euros. Il estime que le jeu en vaut la chandelle. Mais les cheminots persistent dans leur refus et trouvent que le marché ne leur convient pas. Leur crainte vient du fait que la réforme sur la retraite risque de prendre effet en 2018.