Le Quantitative Easing de la BCE aurait peu d’effet sur l’économie réelle

Ce qui marcherait dans la zone euro est impossible : c’est « l’helicopter money » selon Patrick ARTUS. Le QE à grands coupes de milliers de milliards d’euros de la BCE aurait en fait peu d’effets sur l’économie de la zone euro…

Le Quantitative Easing de la BCE aurait peu d'effet sur l'économie réelle

La baisse de l’euro face au dollar

La dépréciation du change n’aurait finalement pas beaucoup soutenu les exportations, elle a contribué à redresser la profitabilité des entreprises, mais ceci a peu soutenu l’investissement.

Les taux d’intérêt au plus bas, voire négatifs

La baisse des taux d’intérêt a peu redressé le crédit, avec le niveau élevé des taux d’endettement, le fait que les entreprises autofinancent leurs investissements, la faiblesse de l’investissement en logements…

Et la planche à billets dans tout ça ?

La création de liquidité a très peu soutenu l’activité réelle, puisque la hausse des prix des actifs qu’elle entraine ne fait pas apparaître d’effets de richesse dans la zone euro.

Pour que la politique monétaire de la BCE ait un effet sur la croissance donc sur l’inflation de la zone euro, il faudrait qu’elle soutienne directement la demande de biens, et pas par les intermédiaires inefficaces que sont le taux de change, le crédit ou les prix des actifs. Ceci est possible seulement si la BCE utilise l’ « helicopter money » : créer de la monnaie et la distribuer directement aux ménages :

Et vous, vous êtes d’accord avec cette idée ? Pas plus folle que ce qu’on fait actuellement non ?

Source Natixis : http://cib.natixis.com/research/economic/publications.aspx?lang=fr

Lire l’article complet (PDF) : Le Quantitative Easing de la BCE a peu d’effets sur l’économie de la zone euro

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.