Brexit : quel bilan économique pour la France et l’UE ?

The deal is done. Quel est le résultat du Brexit entre Bruxelles et Londres ? 1246 pages pour un accord éloignant le « No Deal »…

Malgré les menaces, la Grande Bretagne a gagné en récupérant sa souveraineté. Le pire était prédit pour l’économie anglaise, pourtant de nombreux accords bilatéraux ont déjà été signés avec le reste du monde et malgré la volonté des gouvernements de gagner, les peuples y trouveront des accords et compromis mutuels. La France ne voulait pas que les anglais sortent de l’Union Européenne, pourtant le contraire est arrivé ; la France et les Allemands sont des exportateurs nets vis-à-vis de la Grande Bretagne et les concessions sont plutôt du côté de l’UE que de l’Angleterre qui demeure un débouché commercial incontournable, quotas de pêche et Erasmus, ou non.

Brexit : quel bilan économique ?Les universités anglaises restent les plus enviables et recherchées dans le classement mondial et cela ne changera pas après le Brexit. De plus, la croissance mondiale n’aura pas lieu dans les années à venir dans la zone euro mais bien dans le reste du monde, aussi l’attrait de l’Angleterre ne décroit pas. Même la semi-victoire sur les zones de pêches ne sont que de la communication politique, le reste étant le principal, cet aspect ne représentant pas grand chose comparé aux exportations et au PIB. L’objectif en matière de services financiers demeure du côté de la Grande Bretagne qui dispose de la City, où se trouve le marché, qui conserve la suprématie internationale bien au-delà de la communauté européenne. La capitale financière mondiale restera à Londres, en liens avec le monde entier à l’avenir.

Boris Johnson, du parti conservateur doit maintenant utiliser le Brexit pour créer de nouvelles opportunités pour permettre à son pays de développer les avantages dont il dispose. L’Ecosse, qui ne souhaitait pas quitter l’Union Européenne, pose un problème, bien que l’union avec l’Angleterre et le Pays de Galles soit un enjeu très important. Toutefois, la perspective d’un référendum est encore une bataille à venir qui n’est pas tranchée.

 

 

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés