Serrer son budget

Si vous êtes « juste » bloqué, après avoir analysé la situation précise dans laquelle vous êtes en calculant votre taux d’endettement, c’est dire la part de vos revenus consacrée au remboursement de vos crédits et autres dettes le cas échéant, ainsi que la charge de logement, et déterminé précisément votre reste à vivre (le résiduel) duquel vous déduirez les impôts (IR, taxe d’habitation et, si vous êtes propriétaire, la taxe foncière).

Ainsi, vous pourrez affecter le solde en priorité à vos dépenses contraintes, c’est-à-dire celles qui sont indispensables (nourriture, habillement, chauffage, téléphone, assurances, voiture, etc.) et, s’il en reste, vous ferez des coupes sombres dans les dépenses qui ne le sont pas (loisirs, confort, etc.). De cette manière, vous débloquerez votre situation par une réaffectation des priorités budgétaires.

Bien entendu, vous pourriez être tenté de contracter un nouveau crédit pour faire « sauter » le blocage et réaliser votre projet ou succomber à une tentation. Vous ne ferez que renvoyer à plus tard le problème structurel lié au déséquilibre de votre budget qui ne fera que s’aggraver.

Il est donc préférable si votre projet vous tient à cœur, que l’occasion qui se présente ne se reproduira pas ou encore que vous devez faire face à une grosse dépense incontournable (changer votre chaudière ou réparer votre toit, par exemple), d’envisager un rachat de crédit de confort.

Les commentaires sont fermés