La carte bancaire utilisée par 7 sur 10 des français

Mardi, lors des assises organisées au ministère des finances, le gouvernement a fait savoir aux assistants et participants sa feuille de route pour la filière française des paiements, invitant à avancer rapidement le développement d’alternatives au chèque et aux espèces.

Michel Sapin reste sur la position de privilégier la carte bancaire

Lors des assises des moyens de paiements qui se sont déroulées à Bercy mardi matin, le ministre des finances, Michel Sapin a l’air de vouloir annoncer que  « La France a été à la pointe de la modernisation des moyens de paiement en inventant la carte à puce en 1974. Elle doit le rester. » Les déclarations qu’il avait fait pendant ces évènements tournent autour de la carte bancaire, le moyen de paiement que 7 sur 10 des français préfèrent, d’après un sondage spécialement fait pour l’occasion.

paiement sans contactDans ce sens, le gouvernement envisage de développer l’utilisation de la carte bancaire pour les petits paiements et pour atteindre cet objectif, le ministre des Finances, Michel Sapin suggère aux banques de diminuer les commissions qu’elles défalquent aux commerçants, surtout sur la partie fixe qui pénalise lourdement les petits paiements car elles encouragent certains points de vente de ne pas accepter la carte si le montant est en dessous de 10 ou 15 euros.

Les sondages

En effet, l’argent liquide reste le moyen de paiement le plus utilisé et préféré des français pour les paiements de moins de 10 euros : 84% contre 14% pour la carte bancaire. Cependant, presque tout le monde est favorable à la réduction de son utilisation comme les commerçants, les banques et le gouvernement.

paiement sans contactPar contre, en ce qui concerne le chèque, l’enjeu est un peu différent. Cela fait déjà une quinzaine d’années que les Français ont commencé de s’en détacher petit à petit. D’après un sondage, 67% des personnes interrogées disent l’utiliser moins qu’avant. Mais toujours selon le sondage, 73% refusent sa disparition. Cette opposition n’est pas vraiment une surprise car les français ont l’habitude de payer leur facture, ou rembourser un proche ou autres par chèque, c’est aussi la raison pour laquelle le gouvernement ne demande pas sa suppression mais seulement de développer des moyens à l’image du dispositif que la Banque Postale a rejoint cette semaine : SEPAmail, un service appuyé sur la messagerie interbancaire.

Les banques ne se font pas prier pour répondre, elles ont répondu favorable aux propositions des assises de Bercy par le biais de la Fédération bancaire française, elles acceptent à diminuer les commissions sur les petits paiements et à fournir plus de détails sur leur facturation aux commerçants, à moderniser le parc des terminaux de paiement et à promouvoir l’usage du virement sur leurs sites internet et leurs applications mobiles….