Une réforme sur la taxe sur l’électricité

Le Journal du Dimanche a publié dimanche que la taxe sur l’électricité qui subventionne les énergies renouvelables pourrait être reformée à la rentrée. Cette taxe serait à étendre au gaz et à l’essence dans le but de réduire la facture de l’électricité d’environ 10%, affirme l’AFP, source proche du dossier.

La CSPE reformée à la rentrée

réforme sur la taxe sur l'électricitéEn effet, d’après le Journal du Dimanche, en citant comme source du dossier le ministère de l’Ecologie, la taxe (CSPE) ou Contribution au service public de l’électricité, retenue auprès des consommateurs « pourrait être reformée à la rentrée lors du projet de loi de finances pour 2016 ». « L’objectif est d’élargir son champ aux énergies carbonées, c’est-à-dire le gaz et les carburants, alors que seule l’électricité est mise à contribution aujourd’hui » indique JDD. Cependant, les tentatives de joindre ce ministère concerné ce dimanche matin, restent vaines.

Des options étudiées

Le Journal du Dimanche a indiqué que deux options pourraient se présenter, « faire porter l’effort aux seuls consommateurs de gaz », une solution qui permettrait de diminuer la facture d’électricité d’environ 4% ». Ou « étaler cette taxe entre électricité, gaz et carburants », ce qui « diminuerait d’environ 10% la facture d’électricité mais augmenterait celles du gaz et surtout des carburants ».

réforme sur la taxe sur l'électricitéToujours selon le JDD, sur le coût annuel de 6 milliards de dollars de la CSPE, les 15% pèsent sur la facture de l’électricité et couvriront les charges sur le rachat à un prix bonifié de l’électricité d’origine renouvelable ainsi que les tarifs sociaux et « Comme elle augmente d’environ 2,5% par an, elle s’ajoute aux hausses régulières des tarifs ».

L’an dernier, le prix de l’électricité a monté d’environ 6%. Près d’un tiers de ménages utilisent pourtant cette énergie pour se réchauffer a indiqué le « Bilan énergétique de la France en 2014 » publié vendredi.

réforme sur la taxe sur l'électricitéSelon la prévision du gouvernement, une hausse de 2.5% des tarifs réglementés d’électricité serait appliquée à partir du 1er août 2015, ce qui veut dire largement en dessous des 8% demandées par le gendarme français, de l’énergie estimée pour rattraper le manque à gagner d’EDF en 2012 et 2013.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.