La fiscalité freine t-elle le Crédit agricole?

Il va sans dire que le crédit Agricole, en 2017, a pu marquer des résultats positifs dans la plupart de ses produits d’où une progression relativement appréciable quand on parle de groupe bancaire mutualiste. Cependant, les chiffres n’arrivent pas à répondre suffisamment les résultats attendus à cause d’une décision émanant du gouvernement, notamment une fiscalité exceptionnelle.

Les derniers résultats du Crédit Agricole SA

En 2017, Crédit Agricole SA a marqué une croissance de 3% par rapport à l’année précédente. Le bénéfice net  3,65 milliards est légèrement inférieur par rapport aux prévisions des analystes qui ont été prévues à 3,69 milliards d’euros. Cependant, l’ensemble du groupe Crédit Agricole, y compris les caisses régionales, a marqué des résultats consistants dont un bénéfice net s’est accru de 8,9% par rapport à l’année 2016 tablé sur un produit net bancaire qui s’est accru de 2,3%. La réduction du taux d’imposition sur les sociétés, selon la loi en vigueur, devait théoriquement être avantageuse pour le Crédit Agricole, mais à cause de la révision à la baisse des déductions, on n’a pas marqué d’impact positif sur le bénéfice.

Impact de la fiscalité sur le dynamisme du Crédit Agricole

Le résultat du Crédit Agricole est pénalisé par la fiscalité exceptionnelle mise en place par l’État à l’endroit des grandes sociétés. Il s’agit de l’annulation de la taxe sur les dividendes. La réduction du taux d’imposition n’a pourtant pas résolu les problèmes car cette baisse d’impôt s’est traduite en charges pour les sociétés. Le Crédit Agricole s’est organisé pour tenir compte de cet événement fiscal et de préserver les actionnaires contre cette charge. Pour ce faire, un dividende de 63 centimes par action a été proposé, ce qui représentera un niveau largement supérieur par rapport à l’objectif. Ceci étant, l’on peut dire que la fiscalité n’a pas pu freiner Crédit Agricole.



Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés