Les causes du surendettement : les accidents de vie

Les causes du surendettement

Trop de crédits n’ont effectivement pas toujours les mêmes causes ni les mêmes conséquences.

Les solutions à apporter aux diverses situations de surendettement sont également plurielles. Nous allons donc voir successivement les causes, les conséquences et les solutions.

Avant l’accident, l’endettement est normal, c’est-à-dire en proportion raisonnable des revenus réguliers du ménage, lui laissant un reste à vivre satisfaisant en fonction de ses prélèvements obligatoires et de ses charges contraintes. Avant, le ménage n’avait pas « trop de crédits ».

Gérer le taux d’effort après un accident

Après l’accident, les revenus du ménage ont baissé sensiblement et durablement. De ce fait,  le taux d’effort, c’est-à-dire la proportion des revenus mensuels consacré au paiement des mensualités de crédits, a cru proportionnellement et le reste à vivre s’est réduit comme peau de chagrin, ne laissant même quelquefois au ménage que … ses yeux pour pleurer ! Après, le ménage a « trop de crédits » !

On parle alors de surendettement passif car le taux d’endettement mensuel (on devrait plutôt utiliser le vocable « taux d’effort ») a augmenté sans que l’emprunteur n’ait souscrit des crédits supplémentaires ou fait des utilisations de ses réserves au titre des crédits renouvelables.

Cela peut arriver à tout le monde

Les accidents de vie les plus fréquents sont : les divorces et les séparations, la perte d’activité professionnelle (pas seulement le chômage), une incapacité temporaire ou définitive de travail à la suite d’un accident ou d’une maladie, un sinistre détruisant l’outil de travail pour un indépendant.

Il s’agit là du domaine d’application principal du rachat de crédits à visée corrective, autrement dit de la restructuration financière d’un ménage puisqu’il s’agit de rééquilibrer son budget.



Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.