NEIERTZ (Loi)

Loi n° 89-1010 du 31 décembre 1989 relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles. C’est la loi qui, notamment, a créé les commissions de surendettement.

Dans le cadre du surendettement des ménages, la loi Neiertz regroupe trois objectifs : développer la prévention du surendettement (ces mesures se présentent comme une amélioration de la loi Scrivener et du Code de la Consommation et concernent : le délai de réflexion, les cautions, le coût du crédit, la proposition de crédit, le TEG, le taux d’usure, etc.), organiser une procédure de règlement des problèmes liés au surendettement des familles (définition d’un plan de règlement entre créanciers et débiteurs, l’emprunteur doit présenter une demande à la commission d’examen de son département, la dite commission établit un bilan de la situation d’endettement et elle informe le juge d’instance du plan de règlement et de ses mesures) et responsabiliser davantage les prêteurs et les emprunteurs.

La saisine de la commission entraîne une suspension des mesures d’exécution de jugements de condamnation à payer ou autres poursuites. Le plan de la commission de surendettement peut subordonner l’échelonnement et les mesures éventuelles de réduction de la dette à l’accomplissement par le débiteur d’actes propres à faciliter le remboursement de la dette, comme la vente de certains de ses biens. Le débiteur doit s’abstenir de tout acte qui aggraverait son insolvabilité.

En cas d’échec, la loi prévoit une procédure de redressement judiciaire civil.

Cette loi s’applique uniquement aux personnes physiques.



Les commentaires sont clos.