DESENDETTEMENT

Le désendettement consiste à rembourser tout ou partie de ses crédits sans en faire d’autres qui les remplaceraient où leur succéderaient.

Selon une étude publiée par l’institut de sondages TNS Sofres en 2007, le désendettement personnel est la priorité budgétaire des ménages français : 75 % d’entre eux jugent « extrêmement » et « très important » de s’acquitter de ses prêts. Ils sont également 62 % à considérer « extrêmement » et « très important » de s’acquitter des dettes liées à l’utilisation des cartes de crédit

Un mouvement général de désendettement s’était déjà observé jusqu’en 1995 confirmé par l’analyse des évolutions du poids relatif de l’encours des crédits détenus. A partir des années 1997 et 1998 les ménages français ont vraiment ressenti et exprimé un allègement du poids de leurs charges de remboursement. Ils paraissent aujourd’hui plus aisés, donc a priori mieux endettés qu’à la fin des années 80.

Le rachat de crédit, ne désendette pas et les officines qui veulent le faire croire manquent de déontologie. Le regroupement de crédits, même s’il permet de réduire significativement le taux d’endettement (voir ce terme) c’est-à-dire la charge mensuelle de remboursement de tous les prêts consolidés par l’opération et, dans certains cas, le coût desdits prêts, n’est pas à proprement parler un moyen de désendettement. En effet, si le prêt de restructuration s’est substitué aux anciens crédits, il n’en a pas supprimé l’encours. L’emprunteur reste endetté, même si l’on peut, à juste titre, dire qu’il est « mieux » endetté. Le rachat crédit joue principalement sur la durée d’amortissement pour alléger l’échéance. Il rend ainsi l’endettement parfaitement supportable dans le cadre d’un budget durablement rééquilibré et c’est déjà beaucoup. Il prévient également le surendettement et en évite les conséquences dramatiques. Néanmoins, pour être complet, le rachat de crédit contribue partiellement au désendettement lorsque, notamment, il consolide des crédits reconstituables et renouvelables qu’il transforme en prêt classique amortissable.



Les commentaires sont clos.