Exil fiscal : l’Italie, paradis des donations importantes

  Fiscalité en Italie

Il existe des destinations avantageuses sur le plan fiscal tout près de chez nous, en Europe, et chaque pays s’est spécialisé sur un créneau – tout comme la France semble être appréciée des fortunes des Emirats.

Taxer sa population et faire les yeux doux à l’argent venu de l’étranger qui n’a comme on sait, pas d’odeur. Nous découvrons que l’Italie, ce pays si proche de nous culturellement présente une fiscalité très attractive pour des candidats à l’expatriation (pas forcément définitive) souhaitant procéder à des donations à leurs proches !

On parle de la Suisse, de la hausse du franc Suisse (ou plutôt de la chute de l’Euro pour être moins égocentrique) et des son secret bancaire ; on apprend que la France a tout simplement dénoncé la convention fiscale qui existait entre nos deux pays en matière de donations, désormais les héritiers bénéficiaires devront eux aussi avoir quitté la France pour bénéficier de l’avantage fiscal, autrement rappel fiscal et matraquage en bonne et due de forme de notre population qui n’a pas encore compris la chance qu’elle a de respirer l’air que le monde entier nous envie du sol tricolore.

Les pays du sud attirent de plus en plus

Exil fiscal en ItaliePour préparer votre retraite en Europe, c’est le Portugal. Ce pas a parfaitement su séduire et attirer de nombreux retraités avec des dispositions fiscales avantageuses, sans parler de son climat plus clément.

L’Italie, c’est la douceur de vivre, la dolce vita, les arts et la culture, une proximité historique, un pays aussi magnifique que la France et si près qu’y faire des allers-retours est facile et peu fatigant. Ce sont des gens sérieux qui disent ça, en l’occurrence Bertrand Michaud, responsable de l’ingénierie patrimoniale au Crédit suisse à Paris. L’Italie dispose de l’une des « rares conventions fiscales que la France ait signée [avec un autre pays] en matière de donation« .

Un taux d’imposition de 4% en Italie au lieu de 45% en France !

Expatriation en ItalieVous préférez le racket fiscal ou une petite commission ?

Cette disposition entre nos deux pays n’est pas une nouveauté, seulement l’entreprise d’extorsion de fonds en bande organisée et parfaitement solidaire de gouvernement en gouvernement que nous subissons en France nous oblige à prendre du recul et à réfléchir aux cartes que des pays juste à nos frontières peuvent redistribuer.

Par exemple : vous êtes cadre supérieur, s’expatrier quelques années dans ce beau pays frontalier pourra vous permettre de faire une donation à vos enfants avec un abattement de 1 million d’euros contre 100.000 euros avec un taux d’imposition est de 4% contre 45% si vous restez en France. Et le plus important, même si vous rentrez vivre en France par la suite, la donation restera sous le régime italien.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.