Le crédit hypothécaire

Le crédit hypothécaire

Un crédit hypothécaire désigne tout emprunt qui exige la mise en hypothèque d’un bien immobilier en guise de garantie. En cas de défaut de remboursement, celui-ci sera alors saisi et mis en vente par la banque.

Il est possible de recourir à un crédit hypothécaire pour financer l’acquisition, la construction, ou la rénovation de logement. Aussi bien les particuliers et les professionnels peuvent souscrire à un crédit hypothécaire. L’unique condition est que le bien immobilier hypothéqué appartienne au patrimoine de l’emprunteur.

Comment fonctionne un crédit hypothécaire ?

Un crédit hypothécaire fonctionne exactement comme un crédit immobilier classique. Les modalités du crédit (montant, durée, taux d’intérêt, etc.) sont définies dès le début du prêt.

Le montant du prêt sera notamment accordé en fonction de la valeur du bien hypothéqué. Une expertise immobilière sera demandée pour la déterminer. En général, les établissements de crédit consentent autour de 50% à 80% de celle-ci.

Pour la durée du crédit hypothécaire, elle sera déterminée en fonction de vos revenus et de votre capacité de remboursement. Il est possible de souscrire un crédit hypothécaire à long terme. La durée d’un prêt peut aller de 20 ans à 25 ans, voire plus. Il n’existe qu’une seule restriction : l’échéance de la dernière mensualité doit avoir lieu avant les 90 ans de l’emprunteur.

En ce qui concerne les modalités du prêt, un crédit hypothécaire est généralement soumis aux mêmes conditions de remboursement qu’un prêt classique. Le contrat peut comporter des clauses de remboursement par anticipation, de modulation des mensualités, etc. Le prêt est aussi assorti d’un taux d’intérêt, qui peut être variable ou fixe.

Attention, un crédit hypothécaire engendre en revanche davantage de frais qu’un prêt classique.

Les frais d’un crédit hypothécaire

Tout crédit hypothécaire doit faire l’objet d’un acte notarié. Cette démarche génère des frais (frais d’hypothèque, droits d’enregistrement, honoraires du notaire, frais divers), correspondant en moyenne à 1% ou à 2% de la valeur du bien hypothéqué.

La plupart du temps, les établissements prêteurs exigent également la souscription d’un bon nombre d’assurances (assurance incendie, assurance perte d’emploi, incapacité, assurance solde restant dû).

Il faudra entre autres y ajouter les charges d’expertise du bien immobilier afin d’en déterminer la valeur, les frais de dossier, ou encore les frais de provision.

Dans tous les cas, comme pour le crédit immobilier classique, avant de souscrire un crédit hypothécaire, pensez toujours à comparer les propositions des différents établissements prêteurs. Pour ensuite avoir une idée plus concrète des conditions de remboursement de votre crédit hypothécaire, le mieux est d’effectuer une simulation.

Les commentaires sont clos.