Crédit immobilier : Nouvelle accélération de la baisse des taux

Sur le second trimestre 2016, les taux enregistrés par l’Observatoire Crédit Logement s’établissent en moyenne à 1,69%, contre 2,04% au premier trimestre 2016.

Crédit immobilier Nouvelle accélération de la baisse des tauxLes taux recommencent à baisser à un rythme vertigineux, qui surprend les acteurs du crédit immobilier. En effet, en juin, elle a atteint 1,62%, soit 3,5 fois moins qu’au début des années 2000. Une baisse qui voit la solvabilité de la demande améliorée. Depuis décembre 2011, elle équivaut à une baisse des prix de 22,5%.

Malgré les pauses qui ont marqué son évolution depuis octobre 2015, cette baisse des taux semble perdurer. Elle reflète les conséquences des orientations monétaires prises par las banques centrales, à la suite du Bréxit, notamment. D’autre part, en répercussion, on constate la faiblesse des taux sur les marchés obligatoires.

D’ailleurs, les évolutions des taux de crédits ont été constatées sur tous les marchés, avec une baisse depuis octobre 2015 de : 63 points de base sur le marché de l’ancien  pour 1,61% en juin ; 61 points de base sur le marché du neuf pour 1,66% en juin ; et 52 points de base sur celui des travaux pour 1,63% en juin.

Depuis octobre 2015, toutes les tranches de taux ont bénéficié de cette baisse, même les prêts des groupes supérieurs de taux. Prenons par exemple 2 cas, sur une durée de 20 ans : celui des emprunteurs du 1er groupe, qui rassemble les 25% d’emprunteurs dont le taux est le plus bas ; et celui du 4ème groupe avec les 25%  des emprunteurs dont le taux est le plus élevé. Dans le 1er cas, les taux passent de 2,02% à 1,41%, soit -61 points de base. Pour le 2nd cas, ils vont de 2,77% vers  2%, soit -77 points de base.

En termes de transactions, la reprise a été rapide en 2015. Ainsi, la production de crédits a progressé de +37,4%, tandis que les accords de prêts ont augmenté de 31,8%. Cette hausse se poursuit en 2016, et l’Observatoire Crédit Logement a estimé que « Dans un contexte de taux d’intérêt très bas, elle va bénéficier des soutiens publics à l’investissement locatif privé et à l’accession à la propriété. La progression de la production sera néanmoins moins rapide qu’en 2015 ».



Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.