Le découvert autorisé : à utiliser avec parcimonie

Si vous ne disposez pas d’une autorisation de découvert, lorsque vous êtes à découvert sur votre compte, on dit que vous avez un découvert non autorisé. Dès lors que votre compte est dans cette situation, vous risquez d’une part un rappel à l’ordre, mais surtout et de façon certaine de payer de lourds agios et autres commissions de découvert. Dans le pire des cas, des refus de paiements, l’émission de chèques non provisionnés, etc…

C’est généralement sous ce prétexte tout à la fois réaliste et fallacieux que votre banquier vous annoncera avec son meilleur sourire commercial que comme il n’exerce son métier que pour votre plus grand bien, il peut vous mettre en place un : découvert autorisé. Ce dernier étant sensé éviter tous les désagréments sus-visés et qui de plus est vous coûter beaucoup moins cher.

C’est réaliste de ce stricte point de vue  du fait que votre nouvel ami escompte bien que vous disposiez de cet argent sans compter, tout comme s’il s’agissait d’un avoir réel et non d’une disponibilité facturée en euros sonnants et trébuchants. Dans les faits c’est souvent ce qui arrive, et la chose est des plus lucratives lorsque l’on exerce le métier de banquier.



Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.