Prêt immobilier : coût de l’assurance emprunteur

En ce temps où le taux et les intérêts dans le coût du crédit immobilier sont au plus bas, la facture de l’assurance de prêt par contre ne suit pas ce rythme.

Comment diminuer le coût et optimiser le contrat d’assurance emprunteur ?

crédit immobilier

Pour diminuer le coût et optimiser votre contrat d’assurance emprunteur, définissez d’abord une couverture au plus juste de vos besoins en considérant les garanties proposées et les quotités des co-emprunteurs.

Considérons ces cas, au mois de mai de l’année 2011 le taux est de 19%, en 2014 le poids de l’assurance de prêt dans le coût du crédit s’est élevé à 31% et en mai 2015 le taux grimpe jusqu’à 40%, ce sont des constats du dernier baromètre de AcommeAssure. Cependant, l’augmentation du taux ne vient pas d’une hausse du tarif de l’assurance mais de la diminution des taux de crédit.

Comment ajuster votre contrat ?

Prenons la réponse d’un conseiller bancaire. Il veut d’abord attirer l’attention sur les quotités ou taux de protection de chaque emprunteur. Si un ou une célibataire fait un achat immobilier, la banque exige une couverture de 100%, sauf exception. Si l’acheteur est un couple, le calcul se fait autrement. Tous les deux sont couverts à 100% chacun, donc la couverture s’élève jusqu’à 200%.

crédit immobilier

Le taux de protection 100% est réparti entre les deux emprunteurs (couple), soit 50% sur chacun d’eux, soit 72% et 25%, soit 55% et 45%, etc. Immoprêt a été demandé par cBanque de chiffrer le coût d’une assurance emprunteur bancaire « standard » pour un couple aux environs des trente ans.

Les quotités

Exemple, pour un immobilier de valeur de 200 000 euros, le coût de l’assurance emprunteur souscrite auprès de la banque pourrait être : Pour une quotité de 100% sur chaque personne, le coût total s’élève à 22.080€ dont le coût mensuel est de 92€. Tandis qu’avec une quotité de 50% sur chaque personne, le coût total est de 11. 040€ et le coût mensuel à 46€. Simulation pour un couple de trente ans non fumeur, non cadre, percevant un revenu global de 4 000 euros par mois, pour un projet d’emprunt de 200 000 euros à 2.20% sur 20 ans.

La réduction des quotités entraine donc la réduction à moitié du coût de l’assurance. Et si l’un des deux partenaires meurt, le survivant continue toujours de jouir l’assurance. Si la quotité du conjoint décédé est de 50%, l’assureur doit rembourser la moitié du capital restant dû. Les mensualités que devront payer celui ou celle qui est en vie seront donc réduites à moitié. Exemple, si la personne décédée avait droit à une quotité de 100%, l’assureur devra donc rembourser le capital restant dû dans son intégralité, le survivant par conséquent ne devra plus payer de mensualités. Et si la quotité est de 25%, le survivant devra donc payer les trois quarts du remboursement.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.