Impôts : les élections approchent, deux milliards de réduction promis par François Hollande

Après la promesse faite par le président de la République Française François Hollande de baisser les impôts « quoi qu’il arrive en 2016 », une réunion est prévue ce jour à l’Elysée pour « avancer sur les arbitrages ». L’officialisation du montant serait pour la prochaine conférence du président.

impôt, deux milliards de réduction promis par François Hollande« Quoi qu’il arrive en 2016 »

Il y a une dizaine de jours, François Hollande, président de la république Française a annoncé une baisse d’impôts « quoi qu’il arrive en 2016 ». Selon le quotidien les Echos la baisse devrait être de deux milliards d’euros.

Aujourd’hui, une réunion est prévue à l’Elysée entre François Hollande, chef de l’Etat, Manuel Valls, le premier ministre, Michel Sapin, ministre des finances et Christian Eckert, ministre du Budget. Le but de cette réunion c’est de discuter de la valeur définitive à avancer lors de la conférence de presse de rentrée qui se déroulera le 7 septembre prochain.

Les cibles de la mesure prise

Comme prévisible, la mesure est prise pour cibler« les classes moyennes », le reste c’est de savoir le montant de la baisse. En effet, «sur le fond, rien n’est décidé à ce stade», cependant, plusieurs sources gouvernementales ont avancé la somme de deux milliards d’euros. Dominique Lefebvre, vice-président de la commission des Finances, cité par Les Echos ne voit pas «une mesure plus petite, ni plus une mesure plus forte». D’après le gouvernement, le montant de deux milliards d’euros est le maximum à ne pas dépasser.

impôt, deux milliards de réduction promis par François HollandeLa source des informations souligne encore que «L’effort global de 5 milliards d’euros pour améliorer le pouvoir d’achat des Français d’ici à 2017 figurait dans le discours de politique générale de Manuel Valls». La baisse d’impôts en 2015 a atteint 3,2 milliards d’euros, le montant maximum de deux milliards vient donc du solde et qui serait « un ordre d’idée » d’après un proche dossier.

Toujours d’après le journal, «Bercy pourrait (…) ne pas engager d’effort de rigueur supplémentaire mais constater de moindres dépenses».



Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.